• Calvix soutient

    Les affiliations
    L’APRIL (association pour la promotion et la défense de l’informatique libre) : cette association nationale est très présente dans les manifestations publiques et développe aussi une action directement auprès des élus pour défendre le logiciel libre et les formats ouverts dans les débats parlementaires.

    Plusieurs groupes de travail sont constitués au sein de l’APRIL, notamment un groupe « accessibilité » visant à croiser les problématiques du handicap et du logiciel libre. Un groupe « Libreassociation » cherche à faire de même avec le monde association.

    L’AFUL (association francophone des utilisateurs de logiciels libres) : cette association opère à un niveau plus concret en maintenant une liste des GUL, en agisant contre l’achat forcé des logiciels lors de l’acquisition d’un ordinateur (non.aux.racketiciels.info). Elle oriente également son action en faveur de l’intéropérabilité et de l’usage des logiciels libres dans l’éducation.

    FRAMASOFT : il s’agit d’une communauté de personnes dont la volonté est de partager et de faire partager au plus grand nombre la culture du libre. L’association regroupe de très nombreux domaines et services dont le plus connu est un annuaire de logiciels libres.

    FranceWireless : la fédération France Wireless est une organisation associative à but non lucratif ayant pour but le développement d’un vaste réseau sans fil libre et gratuit.

    Les soutiens
    Calvix soutient toutes les actions visant à l’usage des logiciels libres dans les administrations et à maintenir la liberté contre les volontés répressives des états et la logique d’appropriation hégémonique par des multinationales qui sont souvent derrière.
    La Quadrature du Net qui lutte pour la liberté des internautes.

    OpenStreetMap pour la création de base de données géographiques libres.

    La FFII-France (chapitre français de l’Association pour une infrastructure informationnelle libre) s’oppose notamment à l’instauration du brevetage dans le domaine des logiciels comme particulièrement néfaste à la créativité, l’innovation et conduisant à une plus grande insécurité juridique.